As an acupuncturist in Québec, we are required by the Order of acupuncturists to do sixty hours of continuing education every three years. This fall I decided to take a course on Kiiko Matsumoto’s Japanese style abdominal palpation as part of my continuing education. I was first interested in acupuncture during my extended stay in Japan. Since this time, I have always wanted to learn more about the Japanese way of doing acupuncture. Even though Japanese acupuncture evolved from Chinese acupuncture, there are many differences between the two. Acupuncturists in Japan tend to use much finer and thinner needles than their Chinese counterparts. The depth of penetration of the needle is much shallower as well. There is also less stimulation of the needles. In Japan, there is a long history of blind people and people with severe vision problems learning to become acupuncturists and Shiatsu therapists because of their heightened tactile sense. Both my Shiatsu teacher and my acupuncturist in Japan were vision-impaired. As these therapists could no longer rely on their sight, they developed many other ways of diagnosing their patients. Acupuncturists in Japan tend to palpate their patients much more thoroughly. Abdominal palpation also developed in this way. Over many hundreds of years, acupuncturists have found certain ‘reflex’ zones in the abdomen. They found that by releasing these reflex zones with certain acupuncture points, the rest of their acupuncture treatment was much more successful. I liken it to treating the constitutional aspect of a patient. It is a way of treating the person as a whole instead of just their chief complaint. I often integrate this abdominal palpation into the first part of the treatment and then continue on with the rest of my treatment. The interesting part is that once a sensitive area is found in the abdomen of a patient, just one or two needles are needed in order to reduce or eliminate this sensitivity. I was quite skeptical at first, but after treating patient after patient with the same results, I am convinced that it works. The patient also feels a difference right away, so they know that something is working with the needles in place. For more information about Japanese style acupuncture, you can check out the web-site of Kiiko Matsumoto.


Des acupuncteurs au Québec sont obligés par l’Ordre des acupuncteurs à faire soixante heures de formation continue chaque trois ans. Cet automne, j’ai décidé à prendre un cours sur la palpation abdominale japonais dans le style de Kiiko Matsumoto. Mon intérêt en acupuncture à commencer pendant mon séjour au Japon. Depuis ce temps, j’ai toujours voulu apprendre plus sur le style d’acupuncture des japonais. Même si l’acupuncture japonaise a évolué de l’acupuncture chinoise, il y a plusieurs différences entre les deux styles. Au Japon, les acupuncteurs utilisent les aiguilles beaucoup plus fin que en Chine. La profondeur des ponctures sont beaucoup plus superficielles aussi. Il y a aussi moins de stimulation des aiguilles. Au Japon, il y a une longue histoire des acupuncteurs qui sont aveugle ou qui avoir des troubles de vision sévère. Souvent, les personnes avec les problèmes de vu sont devenus les acupuncteurs ou les massothérapeutes en Shiatsu à cause de leur meilleur habilité de touche. Au Japon, mon professeur de Shiatsu et mon acupuncteur ont eu des gros problèmes de vision. Comme ces thérapeutes ne peuvent pas diagnostiquer avec leur vision, ils ont développé des autres façons à diagnostiquer. Les acupuncteurs au Japon utilisent la palpation sur leurs patients beaucoup plus que l’habitude. La palpation abdominale a commencé comme ça. Pendant des siecles, les acupuncteurs ont trouvé des endroits de ‘reflex’ sur l’abdomen. Ils ont trouvé que si on peut dégager des endroits de ‘reflex’ avec certains points d’acupuncture, le traitement après était mieux. Je vois l’idée un peu comme de traiter la racine du problème que la patient présente. Souvent, j’intègre la palpation abdominale dans la première partie de mon traitement et puis je continue avec la reste de mon traitement. C’est interessant, parce que s’il y a des endroits de sensibilité sur l’abdomen d’un patient, seulement un ou deux aiguilles peut réduire ou éliminer cette sensibilité. J’était scéptique au début, mais après que j’ai traité plusieurs patients avec les mêmes résultats, j’était convaincu. Le patient peut sentir une différence tout de suite, donc il peut savoir que les petits aiguilles font du travail. Pour plus de renseignements sur le style japonais d’acupuncture, vous pouvez voir le site internet de Kiiko Matsumoto (en anglais seulement).

Leave a Comment